Sélectionner une page
RAPPEL : Je ne jette pas tout à l’égout !

RAPPEL : Je ne jette pas tout à l’égout !

Nous utilisons quotidiennement de l’eau pour nous doucher, faire la vaisselle, tirer la chasse d’eau. « Ces eaux usées » sont rejetées dans notre réseau d’assainissement puis acheminées à la station d’épuration pour être dépolluées avant leur rejet en milieu naturel.

Des gestes simples et éco-citoyens permettent à notre réseau d’assainissement et notre station d’épuration de continuer à fonctionner correctement pour le bien de chacun et la préservation de notre milieu naturel ….

Peut-on jeter les lingettes dans les toilettes ? NON car même si elles sont « biodégradables », elles n’ont pas le temps de se dégrader avant leur arrivée en station. Elles causent alors des dysfonctionnements sérieux dans les stations de pompages et d’épuration et dommageables car cela augmente le prix de l’assainissement et donc de votre facture d’eau !

Produis concernés :

  • Les substances chimiques (peintures, solvants, diluants,hydrocarbures, désherbants) : Mauvais fonctionnement de la la station d’épuration et conséquences directes sur les organismes aquatiques -> A apporter à la déchetterie
  • Les médicaments : Les molécules ne sont pas traitées par la station d’épuration -> A rapporter à la pharmacie
  • Les huiles et les graisses: Diminution des performances de la station dépuration -> A apporter à la déchetterie
  • Les objets solides (couches,protections hygiéniques, lingettes,rouleaux de papier, mégots de cigarettes, etc …): Obstruction et détérioration des pompes de relevage ayant un impact sur le coût de l’assainissement -> A mettre à la poubelle
  • Les épluchures : Coût de traitement inutile -> A composter
Ou faire du golf en Dordogne ? le golf du Château des Vigiers

Ou faire du golf en Dordogne ? le golf du Château des Vigiers

Venez sur la commune de Monestier, découvrir

Au golf du château des Vigiers vous pourrez découvrir une variété golfique unique en Aquitaine avec 3 parcours 9 trous de classes internationales répondant à toutes les attentes du golfeur expérimenté ou débutant.

  • Un practice couvert de 6 tapis,
  • Deux zones d’entraînement sur herbe de deux emplacements chacune,
  • Deux greens d’approches de 300 m² de superficie environ,
  • Un putting green,
  • Un chipping green,
  • Deux bunkers d’entraînement.

Toute l’équipe du Caddy Master, totalement bilingue, est à votre écoute tout au long de l’année afin de vous fournir le meilleur service : Location de voiturettes de golf, de chariots manuels ou électriques, et une boutique répondant à tous vos besoins.

Vous trouverez également sur place des hébergements, une brasserie et un restaurant étoilé « Les Fresques ».

Plus de détails sur le Site Web du Château des Vigiers

Enquête Insee

Enquête « Trajectoires et Origines 2 »

L’Insee, en partenariat avec l’Ined, réalise en 2019-2020 une enquête statistique et de recherche sur la diversité des populations en France.

Cette enquête est une réédition d’une enquête menée en 2008-2009. Elle vise à étudier les conditions de vie et les trajectoires sociales des personnes résidant en France métropolitaine en fonction de leurs origines et d’autres caractéristiques (sexe, âge, milieu social, quartier, etc.).

Dans notre commune, quelques personnes seront sollicités. Si vous en faites partie, un enquêteur de l’Insee prendra contact avec vous. Il sera muni d’une carte officielle l’accréditant.

Merci par avance du bon accueil que vous lui réserverez.

La Mairie de Monestier

 

 

Historique des rapports du conseil municipal de Monestier

PLU de la commune de MONESTIER arrêté le 13/11/2017

Lutte contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise en Nouvelle Aquitaine

L’Ambroisie à feuilles d’armoise est une plante exotique envahissante originaire d’Amérique du Nord introduite en France en 1863 suite à un mélange accidentel avec des graines de trèfles. Elle est présente dans tous les départements de la Nouvelle Aquitaine en particulier en Deux Sèvres, en Charente, en Dordogne et en Lot-et-Garonne avec un front de colonisation partant du Nord vers le Sud.

Comment la reconnaître ?

 Cette herbacée présente un port buissonnant, dressé, pouvant atteindre 2 m de haut. Les feuilles (a) sont profondément découpées, vertes de chaque côté. Elles sont insérées par deux au même niveau et en face à face à la base de la tige. En remontant le long de la tige, elles s’insèrent à des niveaux différents. La tige (b) est velue, striée, verte à rougeâtre à partir de juillet et ramifiée. Les fleurs mâles (c) jaunes/vertes, sont disposées en grappe à l’extrémité de la tige, au-dessus des fleurs femelles plus discrètes. La germination intervient à partir d’avril. Elle est observable sous la forme de plantule (d) composée de deux feuilles embryonnaires appelées les « cotylédons », vertes en forme de cuillère, presque rondes et de deux vraies feuilles typiques découpées en 3 à 6 divisions : les folioles.

 Ambroisie

Pourquoi lutter contre cette espèce ?

  • Impact sanitaire

Le pollen de l’Ambroisie est très allergisant, 5 grains de pollen par mètre cube d’air suffisent pour entraîner une réaction allergique chez des personnes sensibilisées. Ces pollens sont produits de la mi-août jusqu’à fin octobre avec un pic en septembre. Une exposition répétée provoque l’apparition des symptômes : rhinite, conjonctivite, trachéite, urticaire, eczéma et dans 50% des cas, apparition ou aggravation de l’asthme.

  • Impact économique

Les coûts de santé imputables à l’allergie aux pollens d’ambroisie représentent des sommes importantes. De plus, l’Ambroisie est une adventice, qui de par son cycle de vie, concurrence les cultures de printemps. La culture du tournesol, de la même famille botanique, est la plus touchée. Il en résulte une diminution des rendements et de la qualité des cultures ainsi qu’une contamination des lots de semences.

  • Impact environnemental

L’Ambroisie est une espèce pionnière, résistante à la sécheresse, qui se développe sur les surfaces mises à nu, perturbées (le plus souvent par les activités humaines), peu importe la nature du sol. Elle prolifère grâce aux milliers de graines qu’elle produit. Celles-ci peuvent se conserver 10 à 40 ans dans le sol.  Peu compétitive, l’Ambroisie va surtout empêcher le développement de végétaux ayant un cycle biologique synchrone avec le sien comme certaines espèces cultivées. Elle se trouve dans ou à proximité des cultures, des friches, des chantiers, en bord des chemins, des axes routiers et ferroviaires et plus rarement sur les berges des cours d’eau.

Comment agir ?

Les actions de gestion de l’Ambroisie à mettre en place dépendent de la période d’intervention, du type de milieu, de la superficie de la zone envahie, des contraintes financières, réglementaires, humaines et matérielles.

  • Les actions préventives 

– Couvrir les sols nus ou perturbés par un couvert végétal, du paillis, des aménagements paysagers, un géotextile….

– Eviter d’importer et d’exporter de la terre provenant de sites contaminés.

– Utiliser des graines pour les oiseaux, pour les jachères fleuries ou pour les cultures seulement si leur origine est tracée.

– Tenir compte du cycle de l’Ambroisie dans le calendrier des travaux publics, de construction de bâtiments, agricoles, forestiers, etc., afin d’éviter les sols nus ou non couverts au printemps.

  • Les actions curatives

– L’arrachage manuel de la plante entière, racines comprises, est préconisé pour de petites surfaces infestées avant la floraison (soit avant mi-juillet). L’arrachage manuel après floraison est déconseillé à cause des risques d’allergie. De plus, l’apparition du pollen rend plus compliqué l’arrachage puisqu’il impose le port d’un masque en plus des gants. Cette méthode reste la plus efficace.

– La fauche ou la tonte sont des techniques rapides, intéressantes pour de grandes surfaces ou pour des linéaires. Si la population d’Ambroisie est majoritaire, une coupe à 2 à 5 cm sera réalisée. Dans le cas contraire, une coupe à 10 cm favorisera la concurrence des autres espèces présentes. Une première coupe est recommandée a minima avant la floraison des fleurs mâles et les émissions de pollen soit avant la mi-août. Si nécessaire, effectuer une seconde coupe au plus tard la première semaine de septembre avant la grenaison.

– L’utilisation de désherbants chimiques est à éviter. Ils détruisent le couvert végétal favorisant ainsi la croissance de l’Ambroisie. Ils sont une source de pollution et peuvent avoir un impact sur la santé. La répétition des traitements peut entraîner des résistances de l’Ambroisie aux herbicides les rendant inefficaces. Elle va s’adapter en modifiant son patrimoine génétique pour pouvoir les tolérer.

  • Les précautions générales

– Les personnes dont l’allergie à l’Ambroisie est avérée ne doivent pas participer aux actions de gestion.

– Protégez-vous en portant au minimum des gants lors de l’arrachage.

– Nettoyer les vêtements, les chaussures, le matériel et les engins utilisés à la fin de chaque opération de gestion.

– Jusqu’à mi-juillet, les déchets d’arrachage peuvent être compostés en l’absence de pollens et de semences (http://www.ambroisie.info/pages/detruire.htm). Un apport en déchetterie ou le dépôt sur place sont également envisageables. L’incinération n’est autorisée que dans les départements ayant un arrêté préfectoral relatif à la lutte contre l’Ambroisie. A ce jour, l’ancienne Aquitaine n’est pas concernée par un arrêté préfectoral.

– Au-delà de la mi-août, les interventions sont déconseillées car elles favoriseraient la dispersion du pollen et des graines. Pour plus de renseignements ou pour faire un signalement : Gaëlle GUYOT- FREDON Aquitaine 62 Rue Victor Hugo – 33140 Villenave d’Ornon Mobile 07-81-61-79-99 Tél. 09-67-01-58-68 Email : zna@fredon-aquitaine.org Télécharger la fiche de signalement Logo ARS

Randonnées à Monestier

La boucle de Couture : 8 Km

Nota : Liaison existante avec la boucle de MONESTIER par balisage vert

La boucle du Bourg de Monestier : 5 Km

 

 

La boucle de la Bastide : 7 Km

 

 

Recensement

RecensementDepuis le 1er janvier 1999, tous les jeunes français, garçons et filles doivent se faire recenser à la mairie de leur domicile ou sur le site internet http://www.mon-service-public.fr en se créant un espace personnel.

Cette démarche doit s’effectuer le mois de votre seizième anniversaire et dans les trois mois suivants.

A l’issue de cette démarche, la mairie vous remettra une attestation de recensement que vous devez impérativement conserver dans l’attente de votre convocation à la Journée défense et citoyenneté (JDC).

Cette attestation vous sera réclamée, notamment, lors de l’inscription à la conduite accompagnée ou de tous examens et concours soumis au contrôle de l’autorité publique.

Pour toutes questions vous pouvez prendre contact avec le :

Centre du Service National
88, rue du Pont Saint Martial 87000 LIMOGES
Tél :05.55.12.69.92

Email : csn-limoges.jdc.fct@intradef.gouv.fr 

Ou consulter le site internet : http://www.defense.gouv.fr (rubrique JDC)